Ail, mon ami !

ail santé

Originaire d’Asie centrale, l’ail est utilisé depuis l’Antiquité pour ses nombreux bienfaits.

Largement cultivée en Egypte, elle était distribuée aux bâtisseurs de pyramides pour leur donner force et résistance.

En médecine arabe, il est recommandé pour les douleurs d’estomac ou les infections cutanées, tandis qu’en médecine grecque, il est recommandé comme répulsif ou pour lutter contre l’asthme.

L’ail est une plante herbacée vivace de la famille des Liliacées, comme l’échalote, l’oignon ou encore le poireau.

Grâce à ses acides phénoliques, l’ail agit comme un puissant antiseptique des systèmes digestif et respiratoire (infections du nez, de la gorge et des bronches).

Son effet fluidifiant sur le sang et sa capacité à dissoudre les petits caillots ralentissent le développement de l’athérosclérose.

Ail désodorisé

Quels sont les bienfaits de l’ail sur la santé ?

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît l’utilisation de l’ail comme traitement complémentaire aux mesures diététiques visant à abaisser les taux de lipides sanguins (cholestérol et triglycérides) ainsi qu’à traiter les infections respiratoires, les vers intestinaux, le système digestif et l’arthrose.

Bienfaits cardiovasculaires

Selon plusieurs études, l’extrait d’ail riche en principes actifs, notamment l’allicine, peut abaisser le taux de cholestérol sanguin et de triglycérides.

L’adénosine contenue dans les gousses d’ail a un effet vasodilatateur moindre, ce qui favorise la circulation sanguine, en plus d’expliquer l’effet antihypertenseur.

De plus, les prostaglandines contenues dans l’ail ont pour effet de fluidifier le sang, ce qui peut encore améliorer la circulation sanguine.

L’ail semble notamment particulièrement bien protéger l’aorte, l’artère centrale de notre organisme. Une consommation régulière d’ail permettrait donc de réduire les risques de mortalité cardiovasculaire

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît que les composés de l’ail aident également à réduire la plaque d’athérosclérose. Ces plaques, constituées notamment de cholestérol, se déposent sur les parois des artères au fil des ans, les durcissant et réduisant leur diamètre. Cette pathologie est donc un facteur de risque d’événements cardiovasculaires.

Plusieurs études ont montré que la maladie progressait trois fois moins vite chez les personnes à risque consommant de l’ail que chez les personnes à risque n’en consommant pas.

Notre suggestion santé et qualité

Ail désodorisé

%d blogueurs aiment cette page :