Un examen de la curcumine et de ses dérivés en tant qu’agents anticancéreux

Un examen de la curcumine et de ses dérivés en tant qu’agents anticancéreux

Mhd Anas Tomeh , Roja Hadianamrei , 1 et Xiubo Zhao 1, 2, *

Raison de la recherche

Le cancer est la deuxième cause de décès dans le monde et l’un des principaux problèmes de santé publique. 

Malgré les progrès considérables de la thérapie anticancéreuse, l’incidence et les taux de mortalité du cancer restent élevés. 

Par conséquent, la recherche de stratégies de traitement du cancer plus efficaces et moins toxiques est toujours à la pointe de la recherche actuelle. 

La curcumine, l’ingrédient actif du Curcuma longa comme plante, a reçu une grande attention au cours des deux dernières décennies en tant qu’agent antioxydant, anti-inflammatoire et anticancéreux. 

Dans cette revue, un résumé de la chimie médicinale et de la pharmacologie de la curcumine et de ses dérivés en ce qui concerne l’activité anticancéreuse, leurs principaux mécanismes d’action et les cibles cellulaires a été fourni sur la base des données de la littérature issues de l’évaluation expérimentale et clinique de la curcumine dans le cancer.

Les lignées cellulaires, modèles animaux et sujets humains. 

En outre, les progrès récents dans les systèmes d’administration de médicaments pour l’administration de curcumine aux cellules cancéreuses ont été mis en évidence.

Mots clés: curcumine, anticancéreux, relation structure-activité, voie cellulaire, mécanisme d’action, système d’administration.

Biocurcumax™

1 – Introduction de la recherche

Le cancer est la deuxième maladie la plus mortelle et l’un des principaux problèmes de santé publique dans le monde. 

En 2018, il y a eu environ 1,73 million de nouveaux cas de cancer et plus de 609 000 décès aux États-Unis seulement [ 1 ]. 

Malgré les progrès tangibles de la thérapie anticancéreuse, l’incidence signalée de la maladie et la mortalité n’ont pas diminué au cours des 30 dernières années [ 2 ]. 

Comprendre les altérations moléculaires qui contribuent au développement et à la progression du cancer est un facteur clé dans la prévention et le traitement du cancer. 

Il existe plusieurs stratégies courantes pour cibler des cellules cancéreuses spécifiques afin d’inhiber le développement, la progression et les métastases tumorales sans provoquer d’effets secondaires graves [ 3]. 

En plus des agents anticancéreux synthétisés chimiquement, plusieurs composés anticancéreux avec différents modes d’action ont été extraits de sources végétales, telles que Taxus brevifolia , Catharanthus roseus , Betula alba , Cephalotaxus , Erythroxylum previllei , Curcuma longa et bien d’autres [ 4 ] . 

Parmi eux, la curcumine est le composant le plus important des rhizomes de Curcuma longa L. (curcuma) [ 5 ] et a été extraite du curcuma sous une forme cristalline pure pour la première fois en 1870 [ 6]. 

La curcumine et ses dérivés ont reçu une immense attention au cours des deux dernières décennies en raison de leurs propriétés biofonctionnelles telles que leurs activités anti-tumorales, antioxydantes et anti-inflammatoires [ 7 ]. 

Ces propriétés sont attribuées aux éléments clés de la structure de la curcumine [ 8 ]. 

Par conséquent, de nombreux travaux scientifiques ont mis en lumière la relation structure-activité (SAR) de la curcumine dans le but d’améliorer ses propriétés physico-chimiques et biologiques. 

En raison de l’importance du cancer en tant que principale cause de décès et de la recherche continue d’agents anticancéreux plus efficaces et moins toxiques, cette revue s’est principalement concentrée sur l’activité anticancéreuse de la curcumine. 

Les applications de la curcumine dans d’autres maladies sortent du cadre de cet examen et ont été examinées ailleurs [4,9].

Les principaux mécanismes d’action par lesquels la curcumine présente son activité anticancéreuse unique comprennent l’induction de l’apoptose et l’inhibition de la prolifération et de l’invasion des tumeurs en supprimant une variété de voies de signalisation cellulaire [ 10 ]. 

Plusieurs études ont rapporté l’activité antitumorale de la curcumine sur le cancer du sein, le cancer du poumon, le carcinome épidermoïde de la tête et du cou, le cancer de la prostate et les tumeurs cérébrales [ 11 ], montrant sa capacité à cibler plusieurs lignées cellulaires cancéreuses. 

Malgré tous les avantages mentionnés ci-dessus, les applications de la curcumine sont limitées en raison de sa faible solubilité dans l’eau qui se traduit par une mauvaise biodisponibilité orale et également une faible stabilité chimique [ 7]. 

Un autre obstacle est la faible absorption cellulaire de la curcumine. En raison de son hydrophobicité, la molécule de curcumine a tendance à pénétrer dans la membrane cellulaire et à se lier aux chaînes d’acyle gras des lipides membranaires par liaison à l’hydrogène et interactions hydrophobes, entraînant une faible disponibilité de la curcumine à l’intérieur du cytoplasme [ 12 , 13 ]. 

Pour surmonter ces obstacles et améliorer l’activité anticancéreuse globale de la curcumine, plusieurs modifications structurelles ont été suggérées pour augmenter la toxicité sélective envers des cellules cancéreuses spécifiques [ 14 ], augmenter la biodisponibilité ou améliorer la stabilité [ 4 , 15]]. 

Une autre approche consiste à utiliser différents systèmes d’administration pour améliorer les propriétés physiochimiques et l’activité anticancéreuse de la curcumine. 

Cette revue se concentre sur la littérature récente sur le DAS de la curcumine et de ses analogues et leur activité anticancéreuse dans différentes lignées cellulaires cancéreuses, des modèles animaux et des essais cliniques humains ainsi que sur différents types de systèmes d’administration de curcumine qui ont été utilisés pour le traitement du cancer.

Biocurcumax™

Lire la suite … Relation structure-activité de la curcumine et de ses dérivés >>

Biocurcumax™

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.