Gingembre un tubercule bienfaiteur

Indications approuvées par la Commission E : Dyspepsie, prévention des symptômes gastro-intestinaux des cinétoses.

Le rhizome de gingembre (Zingiber officinale Roscoe) est utilisé depuis des milliers d’années dans la médecine Ayuvédique pour traiter les rhumatismes, les rhumes et les troubles digestifs.

Il est actuellement considéré comme un traitement efficace contre les troubles digestifs comme la dyspepsie (un trouble qui entraîne des douleurs épigastriques) : augmente la vidange gastrique, empêche le gonflement et prévient les nausées.

Grâce à son contenu en composés phénoliques, le gingembre possède des propriétés antiémétiques (empêche de vomir) et prévient la cinétose ou les vertiges en cas de mouvement.

Notre extrait de rhizome de gingembre biologique est titré à 1,5% en gingérols et shogaols, les principes actifs du gingembre, ce qui garantit une meilleure efficacité.

Gingembre Bio | Description et origine

Le gingembre (Zingiber officinale Roscoe, de la famille des Zingiberaceae) est une plante herbacée originaire de la zone tropicale d’Asie, d’Inde et de Chine, qui a été utilisée comme épice et dans la médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique depuis des milliers d’années. La partie utilisée est le rhizome noueux, tubéreux de couleur jaunâtre, d’environ 5 à 10 cm de long et de 1,5 cm de large.

Le nom du genre provient du grec ziggiberis qui vient du mot sanscrit shringavera et fait référence à la forme du rhizome qui rappelle des « cornes de cerf » (1).

Gingembre Bio

Histoire du gingembre

Le gingembre a été utilisé comme épice depuis des milliers d’années et comme remède pour traiter les troubles gastro-intestinaux (vomissements, nausées, dyspepsie…) et d’autres maladies comme l’arthrite et les douleurs musculaires (2).

La plupart de ces propriétés sont connues depuis l’Antiquité. Ainsi, Dioscoride dissertait déjà sur cette plante au Ier siècle et Pline la nommait dans son « Histoire Naturelle » (3). En Inde, il est connu sous le nom de vishwabhesaj (« médecine universelle ») et a été utilisé dans la médecine ayurvédique pour traiter les troubles digestifs, les rhumatismes, les rhumes et la grippe (4).

Composition

Le rhizome de gingembre contient entre 4 et 7,5 % d’oléorésine où l’on retrouve les substances piquantes et l’huile essentielle (5). Les substances piquantes sont les gingérols et les shogaols, des composés phénoliques qui sont les principes actifs du gingembre (1).

Coup d’oeil sur les propriétés diététiques du gingembre

Le tubercule de gingembre contient de puissants antioxydants. Le gingembre, ainsi que Le curcuma, la menthe, la coriandre, le brocoli et les choux de Bruxelles, sont classés parmi les végétaux les plus riches en antioxydants qui permettent de protéger notre organisme.
Reconnu pour ses vertus médicinales

  • Nausées et vomissements – liés à la grossesse et au mal des transports (réduction des mouvements de l’estomac).
  • Mauvaise digestion : Il facilite la digestion et combat les flatulences.
  • Il serait efficace contre les rhumes et la toux.
  • Inflammation : diminutions des douleurs liées à l’arthrite.
  • Manque de tonus, d’énergie et de vitalité : propriétés tonifiantes, stimulantes et revitalisantes.
  • Mais comme toute épice, il ne faut pas en abuser, au risque d’irriter l’estomac.
  • Il est souvent reconnu pour ses vertus aphrodisiaques, mais cela n’a jamais vraiment été démontré..*

* Certains attribuent à son rhizome riche en magnésium des propriétés aphrodisiaques. Dioscoride, Pline ou Avicenne parlent déjà de cette propriété. Les bacchantes composaient des philtres d’amour à base de gingembre et de Phallus impudicus.

Le chapitre 7 du Kâmasûtra évoque son usage dans des pratiques sexuelles occultes. « Le gingembre aide à la nature luxurieuse » selon Jérôme Cardan. Sa réputation est telle que Madame du Barry en donnait à chacun de ses amants et que les colons portugais développèrent sa culture en Afrique de l’Ouest[15]. Il manque cependant des études sérieuses pour confirmer cette propriété supposée.

Gingembre Bio

Avantages

Le rhizome du gingembre est utilisé pour traiter les symptômes de la dyspepsie fonctionnelle, un trouble de la digestion qui se manifeste généralement par une douleur à l’abdomen après avoir mangé, une sensation de ventre plein, des nausées et un gonflement.

Il est également utilisé pour soulager les symptômes de la cinétose (mal des transports) : nausées et vomissements ; comme antiémétique postchirurgical lors d’interventions chirurgicales mineures puisqu’il sert à empêcher les vomissements (5) et pour soulager les nausées et les vomissements pendant la grossesse (sous surveillance médicale uniquement).

Études

L’AEM approuve l’utilisation traditionnelle du rhizome de gingembre pour le soulagement symptomatique du mal des transports (vomissements et nausées) et traitement symptomatiques des troubles spasmodiques légers de l’appareil gastro-intestinal (6).

La cinétose ou mal des transports est un problème très fréquent chez les personnes qui voyagent en avion, en bateau, en train ou en voiture. Il peut apparaître soudainement avec une sensation d’étourdissement et des sueurs froides qui peuvent conduite à des nausées, des vomissements et des vertiges (7).

Différentes études appuient l’utilisation d’extraits de gingembre pour soulager les symptômes du mal des transports grâce à ses propriétés antiémétiques et contre les nausées, des gingérols et shogaols (1).

Le gingembre augmente le tonus gastrique et la motilité grâce à un effet anticholinergique et antisérotoninergique (les neurotransmetteurs acétylcholine et sérotonine sont impliqués dans le mécanisme du vomissement et dans les nausées), qui diminue l’apparition de nausées et le vomissement.

Il augmente également la vidange gastrique, ce qui, avec les effets décrits précédemment, contribue à soulager les symptômes des troubles gastro-intestinaux (2).

En plus de soulager les nausées et empêcher le vomissement, on a récemment décrit l’efficacité de l’extrait de gingembre pour le traitement de la dyspepsie fonctionnelle. Cette étude a démontré que le gingembre, en combinaison avec un extrait d’artichaut, améliorait les symptômes de la dyspepsie par rapport au placebo (8).

Enfin, il a été décrit que plusieurs des composés phytochimiques du gingembre participent au soulagement des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde comme la douleur et l’inflammation (9).

Gingembre Bio

Bibliographie

  • 1. Rombi and Robert (2006) 120 plantes médicinales: Composition, mode d’action et intérêt thérapeutique… de l’Ail à la Vigne rouge. Editions Alpen.
  • 2. Lete and Allué (2016) The effectiveness of ginger in the prevention of nausea and vomiting during pregnancy and chemotherapy. Integr Med Insights 11: 11–17.
  • 3. del Río Moreno and López (1992) El jengibre: historia de un monocultivo caribeño del siglo XVI. Revista Complutense de Historia de América 18: 63-87.
  • 4. Bone and Mills (2013). Principles and practice of Phytotherapy. Second Edition, Elsevier.
  • 5. Vanaclocha and Cañigueral (2003) Fitoterapia. Vademécum de prescripción. Elsevier.
  • 6. EMA-HMPC (2011) Community herbal monograph on Zingiber officinale Roscoe, rhizoma. Ref. Doc. EMA/HMPC/749154/2010. Adopted: 27-9-2012.
  • 7. https://www.nlm.nih.gov/medlineplus/spanish/motionsickness.html
  • 8. Giacosa et al. (2015) The effect of ginger (Zingiber officinalis) and artichoke (Cynara cardunculus) extract supplementation on functional dyspepsia: a randomised, double-blind, and placebo-controlled clinical trial. Evid Based Complement Alternat Med 2015: 915087.
  • 9. Al-Nahain et al. (2014) Zingiber officinale: A potential plant against rheumatoid arthritis. Arthritis 2014: 159089.
Gingembre Bio